Rapports Sensitifs

mercredi 20 février 2019

Puzzles

puzzle_by_thezgi_d2ypl7j-fullview

Puzzle by thezgi

"Madame, Monsieur, bienvenue dans cette formidable galerie de Puzzle. Ici, se trouve l'une des collection les plus intéressantes de notre âme. Si vous observez bien, et que vous avez un peu de chance, vous pourrez peut-être assister à la finition de l'un d'entre eux. Il faut dire que ces derniers temps la galerie à connu un réel changement, tenez rien qu'au nombre de visite, il a littéralement explosé depuis quelques semaines. Beaucoup de gens se précipite ici pour regarder ce qu'il s'y passe."

La guide s'avance alors dans une première salle. Celle-ci est grande, il y a beaucoup de petit puzzle allant d'à peu près 30 à 100 pièces. On remarque que certains de ces puzzles sont terminé, ils ne représentent pas grand chose en soit lorsqu'on les regarde de face. Une photo, un dessin, tous différent pas un seul ne se ressemble.

"Voyez comme cette première pièce est spacieuse et déjà bien remplit. Ici, c'est la salle "Petits engagements, et connaissances". Ici, ça bouge pas trop pour tout vous dire, mais il arrive que certains puzzles vieux comme le monde commence à reprendre vie ! Bon, c'est tout de même très rare, mais ça peut arriver. Après, je ne vous le cache pas, il y a tout de même peu de gens qui prennent vraiment le temps de regarder ces puzzles."

Le guide continue sa route, et emprunte un couloir blanc, ce couloir est assez court, et débouche sur une salle qui est un peu moins grande que la précédente. Dans cette pièce, des puzzles sont accrochés aux murs, il y en a un peu moins que dans la salle précédente, et cette fois-ci, ils vont de 100 à 1000 pièces. Tout à l'air plus grand et pourtant la pièce est plus petite que la première.

"Comme vous pouvez le constater, ici les puzzles sont déjà un peu plus "balèze" si je peux me permettre, et il y en a vraiment de toute sorte ! Ici, c'est la salle "Mes services, et mes potes", une pièce qui tout de même attire du monde. Vous pouvez prendre le temps d'apprécier ces puzzles, ils sont unique ! Entre nous ce n'est pas ma pièce favorite, mais je l'apprécie quand même. On y trouve vraiment toute sorte d'image, et des visage qu'on apprécie."

 Le guide fais signe de le suivre dans une petite porte au coin de la pièce, cette petite porte débouche sur un long couloir au plafond bas, qui débouche sur une salle bien plus petite où sont entreposé une dizaine de puzzle gigantesque. On en peut pas vraiment estimer le nombre de pièce car les dits puzzles sont vraiment imposant.

"Alors là, c'est une pièce un peu secrète voyez-vous, ici ce sont les "Vrais Puzzles" . Les puzzles sur lesquels tout est construit, ou presque. En tout cas ces puzzles là sont passé par les deux autres salles avant, et le conservateur de la galerie à juger bon de les mettre ici, pour que seuls quelques personnes choisit puisse les admirer. Regardez comme ils sont grands, regardez comme ils sont majestueux. Ils représente chacun à leurs manière l'amitié, et la fraternité. Je ne vous cache pas que pendant pas mal de temps, ici c'était un peu le bazar, d'ailleurs le conservateur a fait un très grand ménage, parce qu'il y a quelques temps, des pièces jonchaient encore le sol sur lequel vous marchez. Enfin, c'est une bonne chose pour tout le monde, et certains puzzles étaient mal rangé, nous avons dû les mettres dans les salles précédente, et je peux à présent faire visiter cette salle sans avoir honte."

Le guide prends alors un petit temps, pour lui aussi admirer les puzzles de cette pièce, comme s'il ne les avaient jamais vus avant. On sent dans ses yeux que malgré le rôle qu'il a, ces puzzles sont très important pour lui.

"Ah oui, je vous le dit, ces puzzles sont vraiment magnifique. Mais, ce n'est pas cette pièce ma préféré. Avant j'y allait très souvent, parce que j'avais comme la sensation que cette pièce était en quelque sorte le clou du spectacle, la conclusion de l'exposition. Laissez moi vous montrer la pièce maîtresse de cette exposition."

Le guide sort alors de sa poche une grande clé en bois, qu'il introduit dans l'un des murs de la pièce. Une trape s'ouvre sur un escalier en bois. Le guide descend. Les couloirs sont longs et très étroits, plus le guide avance, plus les murs sont proche, et au bout de ce long couloir, une porte.

"N'ayez pas peur, cette salle est peut-être difficile d'accès mais ce que vous allez y voir est merveilleux"

La porte s'ouvre, derrière elle une salle de taille moyenne, où la tapisserie est rouge, et la moquette au sol est douce. Des bougies sont étalé sur le sol laissant échappé une odeur apaisante de fleur. En face de la porte un puzzle représentant deux personnes adossé à un mur de pierre. A gauche une femme vétue d'une chemise à carreau vert, rose et bleue. Elle nous regarde d'un air intrigué. A gauche un homme au t-shirt vert, qui nous regarde lui d'un air joueur avec une pipe en bambou dans la main.

"Voilà, c'est ce puzzle la pièce maîtresse de cette colletion. Peu de personnes savent que cette pièce existe. Beaucoup de visiteur ont pus voir ce puzzle, car comme ceux des autres salle, ce puzzle là a voyager entre les pièces, mais aujourd'hui notre conservateur a voulus le mettre ici, dans cette pièce rouge. Tout les jours il vient ici, pour regarder si tout est bien à sa place. Parfois il passe des heures à regarder ce puzzle. Il a souvent fallit le casser, voir même le brûler. Mais aujourd'hui, en témoigne la rigueur, et l'attention qu'il porte à cette pièce et a ce qu'elle renferme, je peux vous assurer que plus rien de grave ne pourra lui arriver. En fait, depuis que le conservateur prends soin de ce puzzle, tout a changé ici. Il faut dire que ces derniers temps la galerie à connu un réel changement : une prise de conscience de l'importance de bien prendre soin des puzzles qui nous font sourire. Quand je regarde celui-ci, je ne peux m'empêcher de me sentir bien, et vous devriez voir le sourire du conservateur lorsqu'il est ici, je n'ai jamais rien vu de tel."

Posté par Cyanirus à 11:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


samedi 2 février 2019

Mise à Niveau.

IMG_3226

Il y a un bon moment déjà que je n'ai pas pris le temps de tout mettre à plat et d'écrire ce qui me passe part la tête, ou tout simplement ce que je vis au quotidient. J'ai calculé, on part sur une absence d'au moins 1 an et demi, donc une bonne tranche de vie pendant laquelle il s'est passé énormément de chose. Aujourd'hui je me réveille, un peu tard, de ce "cômat" dans lequel j'ai été. Bon, il ne faut pas s'en faire, c'est quelque chose qui devait arriver et l'important dans tout ces évènements c'est ce qu'on en fait au jour le jour, et les leçons qu'on en tire. Il est important pour moi, de prendre du recule sur ces passages de ma vie, pour en tirer quelque chose d'instructif, pour ma vie. J'ai pas mal changé, en témoigne les nombreuses modifications sur certains de mes textes, ou leurs suppression. En fait, les choses sont plus clair pour moi depuis ce début d'année, et après mon voyage. J'ai découvert la clé de mon existence, et une réponse qui m'a littéréllement éclairé sur pleins de domaine de ma vie. Cela n'excusera jamais mes actes c'est sûr, et il est primordial de les garder en tête pour ne pas oublier ce que je ne veux plus revivre, mais aujourd'hui j'ai une partie de ma solution, et je la mets en pratique tout les matins, et à chaque fois que j'agit. Aujourd'hui je m'exprime, et je parle de ce qui doit être abordé avec mes amis. Je prends enfin des décisions importantes que je n'avais jamais eu les "couilles" de prendre. Je saisi les priorités que je veux mettre sur chacun des domaines de ma vie, et j'arrive à faire ce dont j'ai envie, et à chasser les obligations lente, et qui m'empêche d'avoir les idées clair. Je chasse les mauvaises ondes, et j'affronte les peurs que j'ai. Je deviens un petit guerrier qui se mets en mouvement pour atteindre ses propres objectifs.

La solution est toute bête, et pourtant elle est bien là. S'écouter. Savoir au plus profond ce qu'on désir, et ce que l'on veut faire, et vers où l'on veut se diriger. Et j'utilise bien le verbe "vouloir". Je sais vers quoi je veux tendre, je commence à entrevoir la personne que je vais devenir, et je mets tout en oeuvre pour le faire. Malgré les chuttes, malgrés les coup dur, j'avance sur cette route que je dessine sur le sol. Tout cela provient d'une grande part de l'amour. L'amour que l'on doit ressentir pour sois, l'amour de notre "moi". Bon, là c'est assez long car il faut savoir se pardonner, mais je pense être sur la bonne voix. Et puis, l'amour en générale me guide aussi de sa douce voix, et j'apprends enfin à l'écouter, et ça fait un bien fou, merci.

Posté par Cyanirus à 13:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 21 octobre 2016

Facebook

IMG_9605

Facebook est une belle connerie. Un beau bébé de cette société, un peu chelou, qui engendre chez moi des éclats de rire.
Nous avons grandi, avec lui, et il a grandi, lui aussi avec nous. Aujourd'hui je ricane, de ce qu'il a pu faire de moi auparavant, de cette "audience", et de ses pics, que chacun de nous pouvait provoquer grâce au simple appuie du partage de nos sentiments via internet. Aujourd'hui, cela continue, et je crois même que toute cette nouvelle vague de "réseau de communication", et cette facilité de communiquer aurait pu me mener à la vie qu'une large majorité d'usagée de cette sphère qualifierait de "normal".

Alors, je me pose une question. Je ne pense pas avoir découvert la réponse universelle, et d'ailleurs, je suis peut-être dans un chemin égaré de la sainte route que tous ces gens empreinte. Peut-être ne me suis-je pas poser les bonnes questions, peut-être ai-je seulement voulu me sentir à contre-courant. Mais aujourd'hui, j'ai rit, à plusieurs reprises. J'ai rit de vous, j'ai rit de ces gens, qui s'enfoncent de plus en plus dans leurs idées, dans leur petite vie déjà rangée, alors qu'ils viennent tout juste d'entrer dans ce monde. De ces photos encore pleines de sous-entendu, de ces vies presque étalées sur ces pages à la vue de tous. C'est un concours, à celui qui aura la plus belle vie, un filtre qui ne laisse passer que le bonheur, et qui fait "scroller" les soucis de notre monde.

Je ris de moi, de vous, et ça me fait du bien.

Merci.

Posté par Cyanirus à 21:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 5 juin 2016

Se sentir en sécurité

1383773_10202844016685819_836836963_n

J'ai toujours été très en sécurité étant jeune. Ma famille m'a toujours protégé pendant les temps les plus durs, mais aujourd'hui c'est différent. Vivant plus loin du cocon familial, étant très attaché aux valeurs que j'ai découvertes grâce à ma famille, et à ce qu'elle m'a fait ressentir, j'ai toujours cherché à me sentir en sécurité, surtout depuis mon passage dans le "monde des adultes".

On parle souvent de "meilleurs amis", de ces personnes uniques qui nous aident, qui nous aime, qui ont de l'importance pour nous, et pour qui on a de l'importance. Certains font un "classement", et c'est tout à fait respectable, parce qu'on ne peut pas accorder sa confiance à trop de gens, c'est toujours plus facile de parler de soi avec quelqu'un qui nous connaît, quelqu'un qui sait quoi nous dire, et quoi faire lors des moments heureux et tristes.

J'ai énormément de chance, ma vie m'a permis à travers mes expériences, et mes choix, de rencontrer une multitude de personnes avec qui j'ai des liens très forts. Ces gens sont importants pour moi, et deviennent vitaux. Ils me guident, et m'éclairent, chacun à leur manière. Et je ne saurais dire à quel point ils sont importants, en tout cas pas au point de pouvoir faire un "classement".

Je fonctionne par sensation et souvenirs. J'aime toutes ces personnes, j'aime les voir sourire, j'aime les écouter, j'aime quand ils sont près de moi, je les aime pour ce qu'ils sont. Mais je crois que c'est parce qu'ils me font me sentir en sécurité que je les aime tant. Savoir qu'il y a un échange commun, d'amour, d'aide et de loyauté est très constructeur pour moi. C'est une sensation reposante, et apaisante. Savoir que quoi qu'il puisse se passer, peu importe les périodes, les malaises, et les joies, ces gens ne bougeront pas, ils resteront là, à me parler et à m'écouter. À vivre des moments privilégiés simples comme fantastiques.

C'est ça qui me fait vivre, et me sentir vivant.

 

Posté par Cyanirus à 19:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 13 avril 2016

Le jeu vidéo rend-t'il moins social ?

IMG_0805

Durant toute ma vie, on m'a souvent dit "Redescent sur Terre, arrête ton PC, tu y joues trop", ou même "Tu as vu le temps que tu passes à jouer sur ton ordinateur . Tu devrais te trouver une autre occupation". Il est vrai que je passe énormément de temps sur mon ordinateur, je pourrai faire une moyenne de 8h non stop d'ordinateur tous les jours que je passe dans mon petit 9 m². Ayant fait le constat assez longuement sur la question du temps passé sur mon ordinateur et de ce que j'y faisais, je me suis dit qu'il serait intéressant d'en parler ici.

Nous sommes née dans une génération où l'incroyable puissance d'internet est encore insoupçonnée. Beaucoup de choses qui nous entourent y sont connecté, ou sont nées grâce à internet. Tous ces écrans, ces claviers et souris sont nos bras, nos jambes dans ce monde immense qu'est la toile.
Après une longue réflexion et discussion avec un ami qui lui aussi a une histoire toute particulière avec le jeu vidéo, j'en suis venu à la conclusion suivante : le jeu vidéo a développé ma sociabilité.

On m'a beaucoup collé l'étiquette de la personne devant son ordinateur qui écoute de la musique, qui jouer de manière mécanique sans ce soucier de ce qu'il y a autour. Mais à ceux qui posent cette étiquette à leurs amis, je dirai ces mots :
vous n'imaginez pas l'impacte que peut avoir une oeuvre vidéoludique sur quelqu'un. Il y a une liste incalculable de jeux vidéo qui peuvent changer la vie de gens comme moi. Pour chacun de ces jeux, il y a des joueurs, des gens comme moi, ou toi qui ont envie de jouer, d'être quelqu'un à travers leurs écrans. Se dire que l'on n'est pas seul est déjà une avancée. Alors, vous voyez peut-être où je veux en venir ?
Sur les jeux vidéo qui nous permettent d'interagir avec d'autres joueurs, nous développons des liens sociaux. Nous faisons forcément partie d'une "classe de joueur" par notre manière de jouer, et donc nous rencontrons d'autres joueurs jouant comme nous, ou jouant différemment. Des liens se créer, des amitiés aussi.

Si je dois faire le constat de ce que les jeux vidéo m'ont apporté socialement, je dirai que 60% des amis sur lesquels je peux compter aujourd'hui ont vécu avec moi cette expérience. Disons que pour moi, le jeu vidéo permet beaucoup plus de chose qu'une simple discussion Facebook ou SMS. Il permet de vivre un moment privilégié, de regarder nos amis s'amuser avec nous, il permet d'être nous-mêmes à travers une interface virtuelle. Et je vous jure que les relations qui en découlent sont magnifiques, quelles soient amicale, ou amoureuse.

 

Posté par Cyanirus à 11:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


vendredi 1 avril 2016

Pourquoi ?

Moonlight

Pourquoi ses yeux son magnifique?

Pourquoi ses cheveux sont si doux?

Pourquoi elle sent si bon ?

Pourquoi faut-il que je la trouve magnifique?

Pourquoi elle me fait sourire?

Pourquoi je veux lui prendre la main?

Pourquoi quand elle est là le temps passe trop vite?

Pourquoi je suis super sensible à tout ce qu'elle raconte?

Pourquoi quand on se regarde j'ai du mal à penser?

Pourquoi j'ai peur?

Pourquoi on est si loin?

Pourquoi j'me dis que c'est impossible?

Pourquoi suis-je transparent?

Pourquoi je pense a elle tout le temps?

Pourquoi quand je la voie je veux l'embrasser?

Pourquoi quand je suis avec elle je me sens heureux?

Pourquoi cette fille la et pas une autre?

Pourquoi quand j'y pense, ça me fait un truc au ventre?

 

"Beaucoup de question depuis qu'on s'est connus, je crois que la réponse est clair en fait"

Posté par Cyanirus à 15:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 14 février 2016

Faire l'Amour ?

64817_10200933116234502_734925373_n

Nous somme le 14 février et pour l'occasion j'ai envie de remanier un de mes anciens textes.

 L'amitié est la base de tout amour sur terre. Une relation qui pousse à éprouver des sentiments d'attachements, qui nous font ressentirs des émotions de bien être en présence des gens que nous estimons, et/ou aimons.

Faire la différence entre une relation amicale et une relation amoureuse n'est pas chose aisée, et c'est aujourd'hui le problème de beaucoup d'entre nous. Vagabondé dans les méandres de la fameuse "FriendZone" ou alors, tout simplement refouler des sentiments qui dépasse le cadre amical pour éviter de détruire les liens initialement établis.

D'après moi, l'amitié est l'essence même de l'amour, notamment parce que la langue française ne peut définir l'intensité des sentiments amicaux. De manière, j'aurai toujours du mal à dire "je t'aime" à un de mes amis, même si cette personne est très importante pour moi. Il est aujourd'hui, pour nous parlant la langue Française, dur d'exprimer à l'oral l'intensité d'une relation amical, de manière spontanné sans qu'il y ait un rapport avec le fameux conflit de la frontière amour/amis.

Je penses que l'amour naît d'une relation complice. La naissance d'un désir d'intimité avec l'autre pour intensifier et étendre cette complicité. De ce désir d'intimité, naît lce sentiment tout autre, qui exprime une envie, celle d'être quelqu'un de différent des autres aux yeux de celui ou celle que notre coeur à choisit. Et je dis bien coeur, il est utile de préciser que l'attirance physique est un composant de cette relation et non le centre de celle-ci.

L'amour est basé sur une complicité entre deux êtres humains, si de cette relation naît l'envie commune, de devenir des "amoureux" par l'apparition de moment intime, et intense, alors c'est quoi faire l'amour ?

A) Hier et aujourd'hui.

C'est depuis la nuit des temps, c'est un acte répété, et très important pour l'Homme. On peut bien évidement se penché sur le fait, que l'utilité que nous accordons à cet acte a changé avec le temps. Au début de la race humaine, on peut dire que c'était clairement un acte de reproduction, pour la survit de l'espèce humaine, en évolution. Un moyen de survit insuffler par l'instinct. Au moyen âge, le mariage était une manière d'avoir une bonne descendence et aussi d'avoir de bonnes relations. Ici, l'acte était vu comme le moyen d'avoir une descendance,. Puis, plus le temps avance plus l'utilité tend à être factisse, car l'acte aujourd'hui n'a plus le même visage que jadis. Il est l'union de deux corps, l'union d'un couple qui s'aime, ou de deux inconnu qui s'attirent. Que ce soit juste pour avoir du plaisir, ou pour conçevoir un enfant. Alors, partant de ça, est-ce que nous, descendant de toute ces pensées, de toutes ces visions, sur le comment et le pourquoi faire l'amour, nous pouvons tenter d'avoir à nous, une vision différente ?

J'ai commencé un livre se nommant "Extase Sexuelle", et j'ai vu un film se nommant "Don Jon" que je vous invite à lire et voir.

Ces deux oeuvres m'ont aider à forger mon opinon sur le sujet et pousser à écrire ce texte. Parce que jusque là, le fait de "faire l'amour", pour moi n'étais pas aussi satisfaisant que je l'avais imaginé.

La question est large, parce que chacun, le fait à "sa manière". Mais je pense qu'à ce jour, la vision que nous jeunes avons de cet acte est trop peu réfléchis, dans le sens ou nous pouvons allé chercher plus loin que ce que nous avons déjà trouver. Aujourd'hui, tout ce joue dans la compétition, dès notre plus jeune âge c'est la course au dépucelage, tout le monde veut faire l'amour pour épater ses amis. Et ne parlons même pas des films érotiques qui à eux seuls sont le plus gros mensonge sur les pratiques à avoir pour passer un bon moment. Alors, je ne dis pas qu'adopter un comportement un peu plus "sauvage" n'est pas bien au contraire, mais ces films peuvent nous orienté dans des objectifs et des positions au même titre que la compétitivité de nos années Lycée, et ce n'est pas tant les conseils qui vont vous parasité, c'est les objectifs qui vont en découler qui vont être nocifs.

Je m'explique : faire l'amour avec un but précis, c'est le meilleur moyen de passer à coté de ce qui peut être une explosion de sensation, et de bien être à deux. Lorsque l'on écoute ou que l'on regarde des pratique, on ne peut s'empêcher de s'identifier, ou même encore se comparer Alors, c'est dans ce détachement de tout les repères que l'environnement que ce soit de l'érotisme ou même de l'expérience de ses amis, que l'on peut vivre une expérience réellement différente et attirante. Il faut s'affranchir de toutes sortes de facteurs parasitaire pour pouvoir vivre ce moment sous un tout autre angle.

B) On s'approche.

L'idée est de savoir flouté l'acte pour éviter un schéma récurent et donc peut-être pas assez original. Si un schema vous aide, alors tant mieux, mais sachez à votre façon sortir de la routine qui peut vite devenir votre seul mode de fonctionnement. Le contexte est important. Innatendu comme planifié, il doit être sans aucune pression, et sans aucun objectif.. Avoir du temps, c'est nécessaire. Le temps est justement un facteur parasitaire, qui nous empêche de vivre ce moment à fond. Parce que la notion de durée est un objectif et qu'à mon sens comme dit précedement : avoir un objectif est la première des bêtises quand on veut faire l'amour. Tout ce qui est réussite, prouesses, sont encore des facteurs qui mène à une décentration d'un des deux protagonistes pour réaliser un objectif qui lui est propre, et ainsi s'autosatisfaire. Alors, si quelques objets peuvent vous renseigner sur l'heure qu'il est, vous n'êtes pas dans de bonnes conditions. Parce que la notion de chronométrage entre en jeu, et chacun des deux protagoniste vont tenter de savoir combien de temps a durée l'acte. C'est certe à savoir, peut-être, mais à mon sens, c'est une chose qu'il faut laisser de coté, en tout cas pendant l'acte. Alors, de la même manière qu'avec le temps, essayez de vous affranchir de toutes autres frontières personnelles. C'est une union, donc les deux partie on leurs rôles à jouer, et réellement chacun à leurs manières. Rien ne doit être réfléchis tout doit être fait avec les sentiments. Si l'acte des dénué de tout sentiment, on ne peut pas dire : "faire l'amour".

Ce qui forge une réussite (si on peut appeler ça comme ça), c'est d'abord les liens qui lient les deux protagoniste, que ce soit une complicité, ou même une amitié, ou mieux, de "l'amour". La réussite joue aussi sur les vécus communs, si ce n'est pas une première fois, ou même si la question a déjà été abordé vocalement ou non. En fait, pour juger que l'acte est réussi, il faut une certaine connaissance du comment exactement se satisfaire ensemble, au-delà de la surface, donc une connaissance profonde de son corps, et de ses envies. Le piège serait de ne s'occuper que de sois, ou que de l'autre. Et là entre en jeux deux soucis assez spéciaux :"se faire plaisir" ou "Faire plaisir à l'autre". On a tendance à se perdre dans au moins un des deux. Soit nous sommes là pour notre plaisir personnel, et là il faut se recentrer, soit on se perd dans le plaisir que l'on veut apporter à l'autre, et là aussi il faut se recentrer. Il faut penser à deux, et non à "soit" ou "l'autre", il faut se détacher du "je" et du "tu", pour penser "nous". Du moins, il faut essayer parce que je penses que c'est le saint Graal, le sommet de toute cette reflexion, et pour parler de ma propre expérience, je n'y suis pas encore arrivé.

Je ne saurai dire comment se connaître, mais c'est nécessaire, à moins qu'on aime juste l'exploration de ses envies, et là prendre un risque.

Je peux pas donner des exemples concrêt, parce que ce n'est pas le but, mais je peux juste dire, qu'il faut du temps avant de pouvoir atteindre ce point, mais rien que le fait d'oublier toute notion du temps permet de profiter déjà un maximun d'un moment quelqu'il soit.

Appréciez les moments que vous jugez de qualité, car sinon ils ne vous appartiendront pas, ils n'appartiendront qu'au temps.

Alors, défiez-le.

Posté par Cyanirus à 19:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mardi 9 février 2016

Mademoiselle.

fed88cdf7806bb64fe31d68ca7c52acb

Mademoiselle,

Il m'arrive de m'allonger sur se grand matelas, et de me souvenir, à combien tu es belle, et à tout ce qui te fais rire...

On a souvent l'occasion de dire aux gens que l'on a proche de nous qu'ils sont important, mais l'expérience ici, pour moi, est d'écrire un petit quelque chose, à cette personne avec qui j'aimerai vivre.

J'ai pris le temps de réfléchir a beaucoup de choses, je penses avoir pris pas mal de temps pour comprendre ce qui m'arrive, avancer bien entendu, mais surtout avertir de ce qui peut se passer dans mon futur, avec toi. Jusqu'à maintenant, j'ai connu, et appris beaucoup de choses grâces aux rencontres que j'ai pus faire auparavant, tout comme j'ai pus perdre des aspects de ma personnalité. En fait, j'ai un espèce de "blocage" qui s'est créé il y a quelques années, qui jusque là m'empêche d'inicier un contacte solide, et qui m'embarque dans le silence lorsqu'il faudrait que je parle, ce qui complique réellement les choses lorsque l'on veut approcher quelqu'un. Ma prise de conscience quoi que tardive de ce blocage, me permet tout de même d'aller de l'avant, et de m'auto-affronté sur ce terrain.

Je ne désire pas m'enterrer, et j'espère que toi aussi. Je veux vivre au présent, avec toi. Je veux me sentir vivant à tes côtés et qu'on sache s'épauler. Qu'on prenne le temps de vivre ensemble, et qu'on sache réaliser nos rêves.

Enregistrer

Enregistrer

Posté par Cyanirus à 22:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 14 janvier 2016

Elio l'Ours - "Drôle de rencontre, drôle de fôret."

Transformation

Après de long jours, Elio continuait de marcher sur son chemin. Il avait faim, et avait trop partagé son pot avec tant de monde. Lors de sa dernière rencontre, on lui avait parlé d'un Lutin vivant dans une forêt voisine de celle dans laquelle il marchait, un Lutin qui pouvait le rendre plus heureux encore qu'il ne l'était. Elio, impatient de rencontrer ce Lutin aux pouvoirs magique décida de marcher vers la forêt voisine. Sur le chemin, il rencontra un Ours qui vivait là depuis déjà bien longtemps, une petite maison de bois, deux ou trois ruches, et cet Ours installé près d'une boîte aux lettres. 

Elio d'avança, et interpella l'Ours :" Connais-tu le Lutin qui vît dans la forêt voisine ? Je le cherche car il peut me rendre heureux." L'Ours lui répondit :"Oui, et d'ailleurs, grâce à cette boîte aux lettres, les oiseaux bleues pourront le prévenir de ton arrivé." Elio s'avança alors, prit une feuille à terre, et rédiga un message adressé au Lutin. Quelques temps plus tard, un oiseau bleue vint de la forêt voisine, avec un message expliquant que le Lutin voulait bien rencontrer Elio, celui-ci se mit en route.

Après quelques semaines de marche, il arriva prêt d'une maison au bords d'une rivière, une toute petite maison sur-élevé, tout en bois, avec un jolie petit jardin fleurie. Elio frappa à la porte, et celle-ci s'ouvrit. Il découvra, une petite jeune fille, aux cheveux longs et blonds, qui portait un petit bonnet de Lutin. Sans dire un mot, la jeune Lutin conduisit Elio dans sa maisons, près de la cheminé. S'en suivit de longues discussions, de longues soirées s'enchaînant, des mois et des semaines. Elio et sa nouvelle amie vivait à présent tout deux, dans cette petite maison étroite mais accueillante.

La jeune Lutin avait une réputation de fer, celle d'être forte et sans émotions, et pourtant, Elio perçevait chez elle ce qu'elle ne voulait montrer aux autres : ses émotions. Elio ne comprennait pas tout, mais on lui avait apprit à être tendre avec les gens qui souffre. Mais attention, pas n'importe quelle tendresse ! Celle d'un Ours pour un Lutin, un amour fraternelle, et puissant. Pour Elio, cette nouvelle amie n'était pas qu'une simple rencontre, elle constituait ce pourquoi Elio marchait jusqu'à présent, la patience de trouver quelqu'un avec qui s'entendre et liée une véritable amitié.

Parfois mélancolique, rongée par les soucis du monde, où ceux que d'autres avaient créé de toute pièce pour la faire souffrir,  la jeune Lutin se voulait solitaire pour méditer. Mais Elio en avait décider autrement, il la prenait dans ses gros bras, là où la jeune Lutin pouvait s'allonger sans se soucier de ses soucis, et certaine qu'Elio serait là, tel un frère, elle fermait les yeux, et s'endormait.

Posté par Cyanirus à 21:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 3 octobre 2015

Le p'tit Dernier

 

IMG_0801

Il n'a pas la chance de connaître la suprématie que l'on peut ressentir en étant l'aîné. Il ne sait même pas ce que cela fait d'avoir un frère ou une soeur plus jeune que lui. Il est le "p'tit dernier", celui qu'on oublit, ou que l'on ne connait pas car il est née plus tard que ses précédents. Il est celui dans les jupons de sa mère, et sur les épaules de son père. Il n'a jamais eu de chambre seul, toujours à vagabonder dans celles de ces frères et soeurs, une année par ici, une autre par là. Pour lui c'est un jeu, celui du changement de partenaire. Il sait à quel point il peut être apprécié comme haïs. Mais au-dessus de tout cela, jeune et mignon comme il est, il sait très bien qu'on ne lui voudra pas de mal, juste peut-être la jalousie d'être celui dont les parents s'occupent encore, et bichone peut-être plus qu'eux à leurs âges.

 

Etre le plus petit c'est un désavantage, car après ses débuts à l'école, déjà, son premier frère part pour étudier dans une autre ville. Une chambre en moins, ou plutôt en plus car cette fois-ci il ne pourra plus vagabonder mais aura sa propre chambre. Et les années passent et les frère et soeurs s'en vont, loin. Alors il ne reste plus que lui et ses parents. Parfois ils reviennent, le temps d'un week-end et c'est la joie pour lui. Revoirs ses frimousses vieillis ça le fait rire, lui qui passe tout juste son brevet.

 

Les années passent encore, et le "p'tit dernier" n'est plus aussi petit. Il voyage, et prends son envole. Mais sachez-le, être le plus petit c'est un avantage, car dans chacun des membres de sa famille il y voit une source de savoir. Car les récits qu'il a écouté durant toute sa jeunesse, pleins de sourire et de joie, toutes ses petites anecdotes forment chez lui une brillante expérience. On ne dirait pas comme ça, mais le simple fait d'être celui a qui on raconte tout, lui donne la chance de ne pas reproduire les erreurs de ses précédents. Il n'est pas question de succès, juste d'expérience.   

Posté par Cyanirus à 23:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :